une aventure franco-italienne

Joomla extensions and Joomla templates by JoomlaShine.com

inscription newsletter







Accueil arrow Transat retour arrow courageux anonyme
courageux anonyme Version imprimable Suggérer par email
écrit par courageux anonyme   
22-07-2009

Image

 Position à 4h15 utc : 31.09 N 58.05 O

 

Point de vue d’un équipier

Petit billet plein d’humour écrit par un équipier qui a souhaité garder l’anonymat. Je ne vous donne qu’une indication, ce n’est pas un bavard…

Après

Après quelques jours, l’un des nouveaux équipiers nous livre ici sous le sceau de l‘anonymat, ses premières impressions, sur ce qui a changé, et peut encore le faire, dans la vie à bord du bateau du capitaine !

Faire fi,

Le capitaine, c’est bien connu est un adepte des activités annexes et non moins essentielles de la plaisance à la voile ! Le moteur, qui soutient pourtant les besoins en énergie du bord, était un vilain mot, voire une insulte à la culture tout voile du capitaine (nous évoluons doucement et inexorablement vers le « à voile et à moteur »).

Pour ce qui concerne la pêche, le capitaine, dans une moue inénarrable rappelait il y a peu, qu’il avait acheté un voilier môssieur, et en aucune façon un chalutier de pêche hauturière !

Il semble qu’avec la crise, il n’y ait pas que les cours de la bourse qui se mettent à suivre une autre inclinaison, l’humeur du capitaine aussi !

Qui l’eût cru ? au programme une heure de moteur par jour pour recharger les batteries. Vous n’en croyez pas vos oreilles ? Nous non plus lorsque rugit le Volvo à 1700 tours quec’estle bonregimepourlacharge….

Reste la révolution la plus spectaculaire. Tout seul, apparemment, le capitaine a décidé d’investir dans du matériel de pêche à la traine, lui pourtant tellement à la traîne en matière de … Non pas que dans sa jeunesse il n’est pas tenté parfois avec succès quelques jolis coup de filet… L’auteur se marre, qui se trouvait affublé du doux surnom de pêchou, lorsque le réflexe parfaitement conditionné lui faisait ouvrir le coffre de bord (un autre bord) pour mouiller une traîne justement. Et hop, le petit maquereau bien frais se trémoussait bientôt dans le cockpit avant de frire dans la poêle du soir !

Et voilà, rien en principe ne manquait à bord pour partir à l’assaut des bêtes du large. Moulinet inox ultra sophistiqué et déjà monté sur le balcon arrière, foison de « rapalas » pour épater le thon, la bonite, la dorade coryphène, le r’quin, le poulpe géant, sans doute même le cachalot : sans nous le dire, sans prévenir, on nous l’avait changé le capitaine…

Parfois cependant de vieux réflexes surgissent : « faudrait voir à ne pas mettre trop de sang sur le pont, (dont nous rappelons ici au lecteur légitimement envieux qu’il est en teck) et à bien récurer le pont, rapport qu’il ne faudra pas que notre poupe sente celle de la rascasse mal récurée de quelques bouges mal famés (rajout de l’auteur, le capitaine ne s’exprime jamais en ces termes !).

A ce stade il nous faut sans délai rappeler le titre.

Faire fi des vieilles certitudes sur la façon de faire, nous avons tous le droit de changer, d’idées et de couleur de peau. Parenthèse, Voulzy ne dit que des bêtises « le soleil ne donne pas la même couleur aux gens ». Après 5 jours de navigation, nous comptons un antillais véritable, un type normal, et deux peaux rouges qui en toute incohérence jouent les enfants lune dès que le soleil tape.

Faire fi surtout d’un certain nombre de conseils en matière de pêche prodigués par certains et qui « feraient mieux de fermer leur claque-merde » (Francis Blanche, « les tontons flingueurs », acte 2 scène 3).

« Il faut naviguer lentement pour espérer pêcher à la traîne » : c’est combien lentement ? nous en sommes à 5 dorades pêchées, entre 6 et 8 nœuds….

« On pêche mieux au lever et au coucher de soleil » : la dorade coryphène locale aime le ti-punch de midi, et est une grosse dormeuse :

3 sur 5 ont été pêchées à l’heure de midi, « Carib » en main (Carib est une excellente bière antillaise produite à Grenade NDLR).

Après quelques mises au point, qui ne déplairaient pas à Jeanne Mas, nous avons revu le process de « montage de la dorade fraichement ferrée à bord », et avons confié aux ingénieurs du bord la certification qualité de la procédure. La capitaine (que nous saluons tous ici bien

bas) y a perdu son célébrissime cabas en nylon rouge et blanc, et deux cintres, tandis que nous avons à notre crédit le repas frais du soir, et une épuisette révolutionnaire.

Vraiment, on nous l’aura changé le capitaine, ….., et ce n’est pas fini !

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.
fily jacq  - heureux de vous voir heureux   |92.129.98.xxx |2009-07-22 09:47:03
vu d'ici sous la pluie ,Hugues tu me donne envie de retourner en mer;quand on y
est ,on n'apprécie pas forcement le moment;alors surtout digere ce retour
avec veloupté car quand tu sera au bureau la nostalgie viendra.
bonne nav

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 23-07-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
 

Flash Info

Nos Partenaires :

Velica

Fumage artisanal d'Arzon

Liros Cordage

informations :

Ce site Internet a été mis en ligne en 2008 afin de permettre à nos familles, nos amis et tous ceux que cela intéresse de suivre nos aventures maritimes. Nous vous souhaitons une agréable visite...


ü  2008-2009 : voyage sabbatique de 8 mois en trois temps :

o   Transquadra 2008-2009 en double

o   Voyage familial dans l’arc antillais de mi-février à mi-juillet 2009

o   Transat retour de Saint Martin au Crouesty

ü  2010 : LA BARQUERA 2010 en double (Pornichet-Gijon aller retour)

ü  2011 : première étape de la TRANSQUADRA en double (Saint Nazaire-Madère)

ü  2012 : deuxième étape de la TRANSQUADRA en double (Madère-Fort de France)

ü  2013 : ROMA PER DUE, course en double de 600 milles (Roma - îles Eoliennes - Roma)

ü  2014 : ROMA PER UNO, première course au large en solitaire en Italie.

ü  2015 : ROMA PER UNO

ü  2016 : Courses des îles et Pornic-Baiona-Pornic

ü  2017 : Première étape de la Transquadra en solitaire (Lorient-Madère)

ü  2018 : Deuxième étape de la Transquadra en solitaire (Madère-Martinique)



Stats1.2.0
Free Joomla Templates by JoomlaShine.com