une aventure franco-italienne

Joomla extensions and Joomla templates by JoomlaShine.com

inscription newsletter







Accueil arrow Transat retour arrow l'organisation
l'organisation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par email
écrit par fabrice   
23-07-2009

Image

Position à 19h40 UTC 32.13N 57.28 W 

L’organisation

Ce thème, base incontournable de tous les cours de management, se trouve d’autant mieux réglé qu’il est anticipé….

Là encore notre capitaine Ô capitaine a parfaitement bien cogité son affaire. Il a ainsi par un choix parfaitement judicieux des membres de son équipage amené chacun en situation de choisir spontanément son domaine de compétence. Spontanéité, quand tu es bien gouvernée !

Dès l’arrivée, Antoine annoncé comme grand commis du bord (dans l’acception très marine nationale du terme) a intelligemment dévalisé avec l’aide des autres Rapetous « le grand marché » de Saint martin (si vous écrivez SXM, vous appartenez déjà à un autre monde). Résultat des courses, nous agrémentons toujours 5 jours après notre départ nos plats de poisons avec fenouil, carottes tomates…

L’explication s’entend bien, qui aime bien manger s’organise. Antoine donc officie avec talent et en tout temps aux cuisines. Il a instantanément su gagner l’estime de tous. D’autant qu’il semblait être le seul à avoir acquitté les droits d’utilisation du hammam du bord.

Cette pièce à usage réservé est située dans le carré du bateau. Pour garantir son fonctionnement optimum, il nous faut tout d’abord du vent ET de la mer. Le vent assure la gite du bateau et participe donc à la contraction d’un certain nombre de muscles, inconnus de la plupart il y a peu encore ; la mer et les paquets qu’elle jette sans relâche, voire avec un certain vice sur le pont empêche l’ouverture des hublots d’aération Les tropiques assurent la fourniture du chauffage, et la mer l’humidité à 100%.

A ce stade il convient de révéler sans ambages l’affrontement à l’œuvre à bord d’è cosi. Les camps se sont formés dans des intrigues d’alcôve qu’il serait trop fastidieux de décrire dans leur intégralité. Le conflit larvé s’est maintenant déclenché dans toute son horreur, les « slim cruise » affrontent les « fat cruise ». Les premiers comptaient bien sur la transat pour regagner leur forme d’antan, tandis que les tentateurs assumaient dès le départ leur intention claire de faire bombance, voire gras…Dans cette lutte par trop inégale, sous le patronage du capitaine, un compromis a été trouvé. Les « slim cruise » ne reprennent pas trois fois de noix de cajou après la bière de midi, la durété des quarts de nuit permettant l’élimination du surplus calorique du dîner, aucune contrainte n’est imposée le soir, permettant aux « SC » de retrouver les « FC » autour d’une dorade coryphène sur son lit d’émincé de légume (SC) et son riz au curry rissolé dans son beurre (FC), le tout arrosé du vino de la casa (SC : 1 verre, FC : ? verres)

Vous l’aurez lu entre les lignes, Antoine fait partie de la SC, et personne ne saurait lui reprendre son privilège de l’utilisation immodérée du hammam.

Pour le reste, l’équipage tient ses promesses, Christophe, même sans son almanach Vermot, assure la promotion quotidienne des calembours les plus incertains. L’autre enfant lune lui laisse le privilège de l’utilisation exclusive de LA place à l’ombre du bateau. Après un début un peu difficile (les sangliers avaient mangé des cochonneries qu’il ne digérait pas), l’homme est en pleine forme, et attaque roman après roman la reconstruction de la connaissance des auteurs les plus contemporains. Sur ce point, il partage avec Fabrice un goût particulier pour les trucs à la mode d’il y a deux ans. D’un même élan ils ont tous les deux apporté le premier tome de « millenium », ajoutant par la même et de façon indue,

346 grammes inopportuns à la pesée du coursier des mers. Christophe barre toujours mieux et dans tous les temps. Chapeau vissé, salopette à poste il passe dorénavant les quarts de nuit à la barre, celle-là même qu’il prétend retrouver dans son lit (en rêve) tous les matins. Cette récente répartition des tâches présente deux avantages pour l’ensemble de l’équipage : tel Gérald Ford, incapable de réfléchir et de mâcher de la gomme en même temps, il ne peut barrer et parler en même temps.

Conséquemment, la réduction du volume sonore permet à chacun de mieux dormir la nuit, parfois même sans boules Quiès.

Fabrice est arrivé en pleine forme directement de Bruxelles. Après avoir passé quatre journées essentiellement dans la position du cafard phytoxé, il apparaît parfois en dehors des heures de quart programmé sur le pont pour participer à la vie commune, mais n’envisage pas encore favorablement le vice commun. La nuit passé, lors du quart, il a gratifié Antoine de deux phrases en deux heures du fond du cockpit où il avait trouvé refuge, signes d’une maturation certes lente mais profonde de la réflexion : « Antoine ? », « ouaih », « je crois que tu abats ! ».

D’aucuns passeraient sur cet épisode sans rien comprendre de son intérêt dramatique. Pourtant l’essentiel est là : il ne dormait pas !

AUTRE VERSION POUR « FABRICE » (par C)

Fabrice est arrivé à l’aéroport le premier, ce qui aurait pu être le signe d’une organisation que son éducation et son expérience nous permettent d’imaginer sans aucune faille. Et pourtant, et pourtant, le doute s’installe. Alors qu’il reconnait, plus de trois jours après s’en être rendu compte, qu’il a fait sa valise avec 2 grammes d’alcool dans le sang, et que la conséquence est simple ; 50% du contenu de son paquetage est resté théorique. Ce paquetage qu’il avait si brillamment énuméré à la demande, n’est pas fidèle à la description. La casquette adaptée au soleil que les autres portent tous a été remplacée dans la valise de Fabrice par un couvre-chef souvenir des barbecues à Tahiti. Inutile de dire qu’il ne fallut pas plus de 2 jours pour que le commandant se plaigne des agressions solaires « je comprends pas, je crâme là ? ». Et si aujourd’hui Fabrice ressemble plus à un des Dalton qu’à un loup de mer, c’est parce que parmi ses pantalons figurent un short de son épouse.

Quelle manière détournée d’emmener un petit morceau de son couple sur les mers. Le mouchoir parfumé c’était plus simple non ?

Le capitaine Ô capitaine, fidèle à sa réputation, capitaine bien. Il fait le reste, ce qui en ce moment ne lui laisse pas beaucoup de temps pour siroter un ti-punch dans le cockpit. Organisation des travaux d’intérêt général, ronde d’étanchéité dans le bord, surveillance déjà évoquée de la propreté du bord, tout y passe. Il tient par ailleurs des propos incohérents, à moins qu’ils ne soient mystiques du genre : si la prévis ne bouge pas la dep va peut-être écarter l’anticyclone, et se glisser entre les deux, du coup même si ça risque de mouiller ça devrait être bon et long au portant….Il va quand même falloir que nous n’arrivions pas trop tard !

Tout le monde se retrouve autour du quart d’heure « coryphène » du nom de cette sublime dorade qui nous a déjà gratifiée de 6 visites de courtoisie, et n’a accepté de rester à dîner que deux fois. C’est que les hommes du bord ne savent pas très bien y faire, trop de violence, trop de douceur, trop ferrée, pas assez ! Nous sommes encore à la recherche du compromis idéal. Dans ces moments intenses, le Capitaine reprends la manœuvre d’un tonitruant « le capitaine a la manœuvre », le cuistot armé du couteau saute dans la jupe (il est comme ça le cuistot) les gants toujours à poste il sort protégé, le commandant demande avec la plus grande courtoisie au capitaine Ô capitaine de bien vouloir prendre la célébrissime « route pêche, bonne pêche» et opère la remontée de la ligne au moulinet , enfin Christophe homme des arts et de la communication assure le reportage photo, et les commentaires les plus ambigus « je la vois, elle est énorme, elle est bonne nom d’un chien, elle frétille elle frétille, j’vais m’la faire ». Compte tenu de la position stratégique du stratège en communication, soit légèrement en retrait et surtout derrière Antoine et Fabrice, ces réflexions font parfois froid dans le bas du dos.

Derniers épisodes : cette nuit nous avons croisé un « cargo de nuit », Christophe ne devrait pas tarder à trouver une occasion de nous faire un petit Karaoké sur le sujet. Aujourd’hui réparation de l’étanchéité d’un hublot, et nettoyage, après le poison et la tortilla d’il y a deux jours, de la gazière.

Activité à venir : de la molle dixit le capitaine. Pourtant il nous semble à nous les hommes que cela ne devrait arriver que dans quelques années. Affaires à suivre donc !

Vous l’aurez tous compris, c’est le bonheur, coucher de soleil, dorade au four, vino de la casa, dauphins, poisson volants, et sentiment si particulier qu’évoquait déjà l’autre, il y a les morts, les vivants, et ceux qui boivent de la bière….

Fabrice à bord d’è così

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 23-07-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
 

Flash Info

Nos Partenaires :

Velica

Fumage artisanal d'Arzon

Liros Cordage

informations :

Ce site Internet a été mis en ligne en 2008 afin de permettre à nos familles, nos amis et tous ceux que cela intéresse de suivre nos aventures maritimes. Nous vous souhaitons une agréable visite...


ü  2008-2009 : voyage sabbatique de 8 mois en trois temps :

o   Transquadra 2008-2009 en double

o   Voyage familial dans l’arc antillais de mi-février à mi-juillet 2009

o   Transat retour de Saint Martin au Crouesty

ü  2010 : LA BARQUERA 2010 en double (Pornichet-Gijon aller retour)

ü  2011 : première étape de la TRANSQUADRA en double (Saint Nazaire-Madère)

ü  2012 : deuxième étape de la TRANSQUADRA en double (Madère-Fort de France)

ü  2013 : ROMA PER DUE, course en double de 600 milles (Roma - îles Eoliennes - Roma)

ü  2014 : ROMA PER UNO, première course au large en solitaire en Italie.

ü  2015 : ROMA PER UNO

ü  2016 : Courses des îles et Pornic-Baiona-Pornic

ü  2017 : Première étape de la Transquadra en solitaire (Lorient-Madère)

ü  2018 : Deuxième étape de la Transquadra en solitaire (Madère-Martinique)



Stats1.2.0
Free Joomla Templates by JoomlaShine.com