le réveil d’Eole
écrit par Hugues   
05-02-2012

Image

Jour 7 : le réveil d’EoleAprès un après-midi et une nuit de vent très calme, Eole nous offre depuis le lever du soleil une petite brise bien orientée qui nous propulse gentiment vers la Martinique … 

VIE A BORD

Bon dodo

Dans ces conditions de vent faible, la vie à bord est agréable. Le bateau ne gîte pas, l’écoulement de l’eau sur la coque produit une douce mélodie et aucun évènement ne trouble notre repos : nous dormons comme des loirs !

Rencontre du troisième type

Après avoir navigué une nuit bord à bord avec BROCOLI, une autre avec SERENADE et une avec ALCHIMISTE, nous avons croisé de très très près hier POUR ASTER ECOMORES de Jean-Marc et Bertrand. Nous nous sommes parlé au milieu de l’Atlantique ! Chaque équipage a pris des photos de l’autre bateau, ce seront de beaux souvenirs !

Point technique

Dans une utilisation intensive du bateau, qui plus est en course où le matériel est soumis à rude épreuve, des travaux d’entretien et de réparation sont nécessaires.

Nous avons d’abord un matin retrouvé le boulon de l’axe de la bôme sur le pont. Nous l’avions déjà réparé en juillet et n’avions pas mis de goupille puisque c’était un boulon nilstop (autobloquant NDLR). Renaud a réparé cela et mis une goupille….

Ensuite, la poulie de palan de hale-bas de bôme a explosé. Il faut dire qu’elle n’a pas été ménagée par notre utilisation du bateau pendant 17000 milles et beaucoup de régates. Cela a été réparé.

Nous surveillons attentivement l’usure des cordages que nous utilisons pour le spi. La surgaine installée par Renaud à Madère est très résistante. Du fait de l’énorme tension sur le bras de spi, le nœud était tellement serré que nous avons fait un autre afin que la mâchoire de tangon (eh oui l’extrémité du tangon, tube qui permet d’écarter le spi du bateau, s’appelle comme cela) sooit bien sur la surgaine. A part cela tous les autres cordages sont impeccables.

Enfin, la pile à combustible nous pose problème. Cet équipement recharge automatiquement nos batteries en ne rejetant dans l’air que de la vapeur d’eau et en consommant du méthanol. C’est silencieux, inodore, automatique… Cela évite de faire tourner le moteur diesel 1 heure par jour. Cet équipement  avait parfaitement fonctionné depuis 2008. Lors de la première étape, elle avait chauffé car nous avions par inadvertance obstrué sa grille de prise d’air de refroidissement. Elle avait alors arrêté de fonctionné une nuit. Depuis, elle marchait normalement. A Madère, elle ne voulait pas démarrer. Nous avons fini par réussir. Depuis le départ de la course, nous devons l’éteindre et la rallumer régulièrement. Elle semble avoir un problème : est-ce l’âge, la conséquence de la surchauffe de juillet, un peu des deux ? Nous ne savons pas mais essayons de la choyer. Prévoyants (eh oui !), nous avons embarqué du pétrole à Madère. Ainsi nous avons déjà fait tourner trois fois le moteur en 7 jours et nous avons assez de carburant pour avoir de l’électricité jusqu’à Madère.

  LA COURSEA la recherche de l’Alizé perdu

Nous venons de passer un après-midi et une nuit dans du vent très faible où nous avons réussi à ne jamais être arrêtés. Nous avons un petit vent ce matin qui nous pousse sous spi à 6 nœuds vers la Martinique. Nous espérons toucher l'Alizé tant espéré cet après-midi. Dès que nous l’aurons attrapé, il devrait nous pousser généreusement jusqu’à l’arrivée…

Classement

Nous n’avons pas reçu le classement de ce matin ; nous ne savons pas où sont les autres ! C’est cette deuxième information qui nous aurait vraiment intéressé. Vu les conditions, le classement n’est pas très significatif, il le sera bien plus dans 24 à 48 heures…

  LA RUBRIQUE DES ENFANTSPourquoi de l’électricité dans un voilier ?

Un voilier se déplace grâce aux effets du vent sur ses voiles. C’est peu bruyant, 100% bio, naturel et agréable ! Alors, pourquoi avoir besoin d’un moteur et d’électricité ?

Le moteur sert à effectuer les manœuvres dans les ports. Il peut aussi être utilisé quand il n’y a pas de vent. En course cela est bien sûr interdit !

Un bateau est comme une maison flottante. Nous avons un réfrigérateur, un ordinateur, de l’éclairage et des pompes pour avoir de l’eau sous pression. Nous avons aussi des équipements spécifiques au bateau :

-         Speedomètre : mesure de vitesse,

-         Loch : mesure de distance parcourue,

-         Sondeur : mesure de la profondeur de la mer (très utile quand nous arrivons près de la côte pour ne pas heurter un rocher), 

-         GPS Global Positionning System : mesure de la position géographique (pour savoir où nous sommes),

-         Girouette électronique : indication de la direction du vent,

-         Anémomètre : mesure de la force du vent,

-         Radio VHF : pour communiquer avec les autres bateaux et les ports,

-         AIS : instrument qui nous permet de connaître la position des bateaux de commerce autour de nous et leur indique la nôtre (très utile pour éviter les collisions),

-         Pilote automatique : il peut diriger le bateau et nous permettre de faire autre chose.

 

Tous ces équipements doivent être alimentés en électricité. Ils consomment peu et nous limitons au maximum tout usage. Nous avons un panneau solaire mais son rendement est insuffisant pour couvrir nos besoins. C’est pour cela que nous avons une pile à combustible et deux alternateurs sur notre moteur.

 

Tout va bien à bord,

 

Hugues

23 02 N

36 12 0

5 février 2012 à 11h30tu (12h30 en Europe : bon apéro !)

 
Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.
Vince  - Ben nous on skie...   |82.136.119.xxx |2012-02-06 10:47:18
Ben oui, pendant que certains se dorent la pilule au soleil le WE, nous avons
passé la journée de dimanche 0 Flumserberg, avec les kids qui
avaient une compétition organisée par l'école. Aline est
restée au chaud avec Maelle, qui du haut de ses 3 ans, supporte mal les
-18° de la station.
Soline et Even étaient équipées de
pied en cape, y compris avec des chaufferettes dans les chaussures et dans les
gants, et n'ont pas eu froid.
En traversant une vallée à 8h du
matin, le thermomètre de la voiture a indiqué -27°

Profitez
donc de cette situation ! Et félicitations pour ce récitOnirique,
tellement didactique et bien écrit à la fois. Une performance
!

Baci
Les Baudet
Bickert Chris   |82.226.81.xxx |2012-02-06 17:21:47
Suis avec vous dans l'alizé comme dans la pétole et vous souhaite
de continuer à sagement manager E cosi jusqu'au Marin.
Bons vents
Chris

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."