Açores-Lisbonne en moins de 6 jours ?
écrit par Hugues   
16-07-2012

Image

Açores-Lisbonne en moins de 6 jours ?Après 5 jours et une quinzaine d’heures, nous sommes à 66 milles de Lisbonne… 5jours, x heures

La distance théorique est de 915 milles pour Cascais, 930 pour la marina du centre ville. A ce jour, nous avons parcouru 857 milles et nous sommes à 66 milles du Cascais. L’âge du capitaine étant de 25 ans (ah bon ? y’a pas une petite erreur ici ?), le coskipper ayant laissé pousser sa barbe, la Lune se limitant à un croissant, et le vent nous jouant des tours, nous devrions arriver avant 15h12 UTC mettant ainsi moins de 6 jours…

  Destructor

Je n'arrive quasiment pas à faire une traversée sans déchirer de voiles; suis-je maudit ? Mauvais ? Fou ? Maladroit ? Un peu tout à la fois ? Etudions ce marin Destructor de voiles.

Le bilan des traversées du Monsieur :

o       Saint Nazaire -Madère 2008 : Grand-voile déchirée dans la tempête (réparée à Madère)

o       Madère - Marin 2009 : 2 spis déchirés dont Indestructor + grand-voile (réparés en Martinique)

o       Saint Martin-Açores 2009 : spi Indestructor (réparé par Ralf à Horta)

o       Açores-Le Crouesty : RIEN

o       Pornichet-Gijon : spi Indestructor (réparé à Gujon)

o       Gijon-Pornichet : RIEN

o       Saint Nazaire - Madère 2011 : RIEN

o       Madère-Marin 2012 : 3 spis dont Indestructor (1 réparé en mer, Franky, les 2 autres dont Indestructor, déjà déchirés en 2009 sur le même parcours, partent à la retraite)

o       Marin-Açores 2012 : solent (réparé par Ralf à Horta)

o       Açores-Lisbonne 2012: spi Franky (Je suis dépité; le spi a lâché après plus de 8 heures de bons et loyaux service sans raison apparente. Avait-il pris un coup que je n'ai pas vu ? La vidéo de l’envoi le montre bien intègre, bizarre, bizarre…)

 

Prenons la défense de l’accusé ! En traversée, le matériel souffre car il est utilisé beaucoup plus longtemps. Hier, Franky a bossé 2 heures puis 8 heures sans s’arrêter, t’as fait cela toi ? Les spis sont très sollicités. Le bateau pèse 9,5 tonnes à vide ; nous devons naviguer entre 9,8 et 10 tonnes je pense. Quand le bateau ralentit, la pression sur le spi est énorme ; et les efforts se répètent. Et nous naviguons un peu comme des brutes. Franky, par exemple, a déjà navigué 3 fois dans des vents de 30 nœuds et plus… Les sollicitations doivent laisser des traces qui conduisent à des ruptures sans raison apparente comme celle du spi maxi dans la deuxième étape de la Transquadra et celle d’hier. Ces deux spis ont lâché exactement au même endroit  dans des circonstances identiques. Cette partie haute du spi est celle qui est la plus sollicitée, elle encaisse tous les efforts. C’est la seule explication que je vois. La conclusion est simple : pour des traversées, les spis doivent être faits dans des tissus plus costauds que les spis conçus pour les régates classiques (grammage supérieur)…

 Vie à bord

Pour la vie à bord, rien n’était bien défini. Nous avons opté pour des quarts « à la Cyrile ». Fabio dort pendant 3 heures (début entre 22h00 et 23h00) puis veille pendant 2 heures, dort 2 heures et veille trois heures. Je suis du soir… Ce rythme permet 3 et 2 heures de repos, ce qui est bien. Dans la journée, chacun a droit à une ou deux siestes. En général, Fabio a cuisiné pour le déjeuner et moi pour le diner. Les décisions stratégiques sur la route et les choix des voiles se font à deux.

 Totomilles

Après être allés très vite sous spi, nous avons continué pépère sous génois, la moyenne s’en ressent ! Nous avons parcouru 156  milles en 24 heures à 6,3 nds de moyenne. Je remporte ce totomille avec un pari à 152 (Fabio 150). Egalité parfaite 2 à 2…

 Une dernière très belle journée

Hier, vendredi 13, nous avons bien navigué. Le spi a été envoyé en fin de matinée. Le vent ayant tourné nous avons fait un bel empannage, manouvre la plus difficile et continué sous spi sur l’autre bord. En fin d’après-midi, l’arrivée d’un gros grain nous a décidé à affaler notre spi. Bien nous en a pris ! Le vent s’est établi à 18 nœuds avec des pointes à 22-23… Cela n’était pas prévu mais grâce à ce vent, nous avons navigué toute la soirée et toute la nuit à des vitesses élevées. Roberto a parfaitement contrôlé le bateau et a fait des pointes à plus de 10 nœuds au petit largue… Très beau lever de soleil ce matin sur une mer ridée par ce vent toujours fort. Mené par Roberto, è così fonce vers Cascais : Lisbonne nous voici !

 

Tout va bien à bord,

Hugues

14 juillet 2012 matin

38°44 N
10°40 O

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
+/-
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.
aline  - que du bonheur !   |148.177.129.xxx |2012-07-16 10:09:45
de te lire et de vous imaginer en pleine mer....cela me change de la suisse !
bises a bientot aline
Christian Bickert  - Ami d'Ecosi   |86.214.228.xxx |2012-07-16 11:08:49
Hugues,
Sais tu que j'ai mobilisé toute la flotte des Grands Voiliers
pour vous accueillir à Lisbonne : une cinquantaine de bateaux prestigieux
: Mir, Juan Sebastian de Elcano ,Dar Mlodziezy, Lord Nelson, Santa Maria
Manuela, Etoile Polaire......sont en train d'arriver pour y faire la fête
avant de repartir pour Cadix.

Bon vent, j'ai hâte d'attendre la suite de
votre programme pour savoir quand venir faire le lamaneur au Crouesty pour te
revoir !!

Christian

3.23 Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

Dernière mise à jour : ( 25-07-2012 )